L'histoire de Maxime

L'histoire de Maxime a commencé le 19 aout 2003. Il est né en pleine période de canicule. 

On ne s'est pas rendu compte tout de suite qu'il y avait un problème. Au fil des jours et des mois, on s'est aperçu que celui ci ne se développait pas normalement. En effet, lors de la prise des biberons, il ne nous regardait pas, il criait beaucoup. Ce qui nous a surtout inquiété c'est son attitude. Il ne s'intéressait pas à ce qui l'entourait, il ne répondait pas à son prénom lorsqu'on l'appelait. Il avait surtout des gestes inappropriés : il n'arrêtait pas de tourner son hochet devant les yeux et dès qu'on le lui enlevait, il pleurait et il criait. Lorsqu'il a eu deux mois, il n'a jamais esquissé un sourire et ne répondait pas aux stimulis comme si nous n'existions pas. Souvent il fixait les lumières ou les tableaux et détournait le regard quand on le regardait. 

Inquiets du développement anormal de Maxime, nous avons rendu visite au médecin, Maxime avait alors 6 mois. Il ne s'asseyait toujours pas, il était hypotonique (un peu comme une poupée de chiffon qui s'éffondre et qui n'a aucun muscle). Le médecin ne s'est pas plus inquiété que ça, pour lui ce développement lui paraissait normal, en tout cas pas pour nous en tant que parents car nous avions déjà eu deux garçons avant.

6 mois plus tard nous avons déménagé sur Ambès. A la visite des 1 an nous avons amené Maxime chez notre médecin traitant actuel qui a vu l'urgence de la situation et qui nous très vite dirigé vers l'hôpital des enfants dans le service de neuropédiatrie et le neuropédiatre nous a envoyé vers l'hôpital de jour où Maxime y a passé prés de 7 ans. (Il faut savoir que les hôpitaux de jours sont des structures psychiatriques qui ne sont pas adaptées pour les enfants autistes qui n'ont rien à y faire). Nous avons décidé de le sortir de cette structure inadaptée à sa demande et nous avons mis en place des prises en charge telles que l'orthophonie, la psychomotricité, l'équithérapie et l'éveil musical (il fait parti de l'orchestre de l'école) et pour une période de 2 ans environ nous lui avons fait pratiquer la méthode ABA qui lui a fait le plus grand bien mais c'est une prise en charge très coûteuse. L'orthophonie est prise en charge par la Sécurité sociale. Par contre, l'équithérapie (51 € de l'heure soit 4 fois par mois), la psychomotricité (70 € de l'heure 4 fois par mois) qui sont à notre charge. De plus obligation pour moi la maman, d'arrêter de travailler pour m'occuper de lui ce qui financièrement a eu un impact sur le ménage et la vie de famille puisqu'il y avait perte d'un salaire. 

Maxime a maintenant 11 ans,  il sait parler,  il est scolarisé en clis  ( classe d'inclusion scolaire ) depuis bientôt 4 ans et a appris à lire,  à écrire et à compter, bien qu'il existe encore de grosses difficultés puisque suite au bilan psychologique scolaire il est estimé au niveau CE1.

On nous avait dit qu'il fallait qu'on fasse le deuil de l'enfant normal et qu'il n'irait jamais à l'école normale. Nous avons tenu tête à l'hopital de jour et nous l'avons quand même inscrit à l'école. Le résultat est là puisque nous avons cru aux capacités de Maxime. 

Nos efforts, notre patience et notre implication ont payées et Maxime a fait d'énormes progrés pour s'intégrer dans la société et aller vers les autres. Bien sûr,  il aura toujours des stéréotypies,  ses angoisses, ses comportements inadaptés en société mais on fait tout pour qu'il soit intégrer dans cette société qui n'accepte pas forcément les différences et le handicap. 

Cette première journęe permettra de faire connaitre l'association "Les Z'amis de Maxou' ainsi que l'association 'Les Bouchons d'amour',  l'autisme dont est atteint Maxime ainsi que la presqu'ile d'Ambés qui mérite d'être connue.  Il permettra ainsi de financer une partie des prises en charge pour commencer et si cette première édition est un succés nous continuerons ces journées sportives qui dans le futur permettront de financer les structures ou des prises en charges qui coûtent chers aux familles concernées. 

La différence est une richesse et il faut savoir l'accepter et être tolérant face à elle. Personne n'est à l'abri d'un handicap ou d'un accident et ceux qui se permettent de juger pourraient trés bien se retrouver à notre place. 

Forum Sujets Mess. Dernier message
L'association
0 0 -
Les événements
1 1

[31/07/2014 16:45]
Administrateur

Discussions générales
1 1

[31/07/2014 16:42]
Dominique CAYRON

×